PENETRANTE CANNES-GRASSE: LA QUESTION DE FOND


penetrante.jpg 

Projetée en 1956, la « pénétrante » Cannes-Grasse est arrivée au sud de Grasse au début des années 1990.
Elle devait être prolongée dans Grasse à travers les quartiers St Antoine et St Jacques (« 4ème tronçon »), les Marronniers et St François (« 5ème tronçon ») sous la forme d’une deux fois deux voies qui aurait été raccordée à la Route Napoléon au niveau du tournant du Prado.

La perspective d’un barreau autoroutier qui aurait saccagé plusieurs quartiers de la ville a entraîné la mobilisation de la population, l’action déterminée de l’Association de Défense de St Antoine et St Jacques et une prise de position hostile de l’ensemble du conseil municipal. Mais, en dépit des promesses faites sous le gouvernement Balladur (1995-1997), le projet n’a pas été modifié.

Il a fallu l’arrivée du gouvernement de gauche en 1997 et la nomination de Jean-Claude Gayssot comme ministre (PCF) de l’Equipement, des Transports et du Logement, puis en 1998, l’élection d’un autre communiste – Jacques Tibéri – à la vice-présidence de la Région PACA pour que soit décidé l’abandon du « 5ème tronçon » (difficilement réalisable financièrement) et remis à plat le « 4ème tronçon » (E. Rouquier – St Jacques).


La volonté convergente de l’ensemble des associations, des élus – communistes en premier lieu -, du ministre et de la Ville a permis d’aboutir, après deux années d’études et d’échanges, à un nouveau projet adopté à l’unanimité en 2002.
Le principe en était simple. Il s’agissait d’achever la pénétrante par un boulevard urbain à deux voies, intégré au site et raccordé à la voirie locale.

Après quatre années de surplace, les représentants du Département (qui entre temps a « hérité » des routes nationales) ont présenté en juillet 2006 un nouveau projet qui transforme, en fait, le boulevard urbain projeté en 2002 en une voie rapide (70 km/h), sans intersections sur 2,100 km, destiné à écouler le trafic en provenance des communes de l’ouest de Grasse.

On peut éviter de saccager notre ville. D’autres solutions existent!

Voir la video : « La pénétrante pour quoi faire »

Publicités

2 Responses to PENETRANTE CANNES-GRASSE: LA QUESTION DE FOND

  1. Fabrice dit :

    Quelle est la position de André Aschieri sur cette question puisque dans son programme il parle de cette extension?

  2. Paul Euzière dit :

    En tant que maire de Mouans-Sartoux , André Aschiéri a mené exemplairement le dossier de la construction de la pénétrante dans sa commune: en préservant l’environnement et la qualité de vie des Mouansois.

    La même question se pose aujourd’ui à Grasse.
    D’une part, s’agit-il d’une poursuite de la pénétrante (dans quel but?, pour desservir qui? jusqu’où?)
    Ou bien d’un achèvement, sous forme de boulevard urbain intégré jusqu’à St Jacques?
    Ce qui était la position de l’ensemble des associations grassoises, des élus et de l’administration d’Etat en 2002.

    Le passage de la responsabilité des routes de l’Etat au Département justifierait-il un changement de logique et le saccage de plusieurs quartiers de Grasse?
    Pour ma part, je ne le pense pas.

    Quant à la position détaillée d’André Aschiéri, ler mieux est de lui poser directement la question sur son blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :