LOGEMENT: PASSER AUX ACTES!


demolitions.jpg

Ca y est – « ils » – les « décideurs » de notre beau département des Alpes-Maritimes en ont maintenant conscience.
Lors des « Premières Assises du Logement pour Actifs des Alpes-Maritimes », tenues le 5 mars à Sophia-Antipolis, « on » a – enfin – reconnu qu’il manque, chaque année, la bagatelle de 1800 logements « pour actifs ». « Pour actifs », c’est à dire que les non actifs -ceux qui ne le sont pas encore ou qui ne le sont plus, par exemple les petits retraités – ne sont pas comptabilisés dans ce lamentable constat qui renvoie chacun à ses responsabilités.

Dans la Communauté d’Agglomération Pôle-Azur-Provence, il n’y a que 10,46% de logements sociaux (contre 20% que prévoit la loi SRU). Il manque donc 2807 logements sociaux.
A Grasse, le taux d’HLM est un peu plus élevé: 13,45%. Nombre de logements manquants: 1373.

Dans ce contexte là, la destruction de l’ensemble de la Tourache – pour laquelle le Maire de Grasse et le Sous-préfet ont donné leur aval sans vouloir entendre les locataires en désaccord ni préalablement les élus (quelle démocratie!) – est, pour le moins, inopportune.

Je suis intervenu lors du Conseil d’Agglomération du 9 février pour souligner qu' »il manque 2807 logements sociaux locatifs dans l’agglomération. Au regard de la quasi impossibilité de familles de plus en plus nombreuses à se loger, cela devrait se traduire par une attitude résolument offensive de l’agglomération » car « la spirale accélérée des besoins impose une attitude beaucoup plus volontariste« .
Et, j’ajoutais en m’adressant à M. Leleux: « quand on examine les dépenses envisagées dans le cadre du prochain budget, on ne trouve nulle trace d’une démarche qui soit à la hauteur des besoins et des drames quotidiens qu’entraîne ce manque de logements sociaux. »

Il y a les constats et puis les actes.
Là, on est loin du compte. Il suffit de regarder les grues du pays grassois: il n’y en a jamais eu autant!
Mais pour qui construit-on? Qui donne les permis de construire pour des logements auxquels l’immense majorité des Grassois n’aura pas accès? Qui établit les règles d’urbanisme et le PLU?
Dans une commune, c’est le maire. C’est donc lui (surtout quand il est en place depuis plusieurs mandats) qui porte la responsabilité de la situation du logement dans sa ville.

Si les Grassois ne parviennent plus à se loger, la municipalité dirigée par M. Leleux y a largement sa part de responsabilité.
Et si, en dépit de la lettre adressée par le Conseiller Régional Pierre Bernasconi, au nom des Elus Communistes et Républicains, le préfet ne décide pas un moratoire pour empêcher les expulsions dans le département, c’est qu’il a reçu des ordres dans l’autre sens d’un Ministre de l’Intérieur qui s’appelle M. Sarkozy.
D’ailleurs, interpellé à ce sujet, alors qu’il arrivait aux Assises de Sophia-Antipolis, par mon ami Gérard Piel – vice président communiste du Conseil Régional -le ministre (et président du Conseil Général des Alpes-Maritimes), M. C. Estrosi a confirmé que les expulsions allaient « évidemment » reprendre.

Il est donc urgent d’agir pour le droit au logement, pour que chacun puisse se loger décemment à un loyer compatible avec ses revenus et pour empêcher de continuer à jeter des familles à la rue!

Samedi 10 mars, à 15h30 à Nice (Gare Riquier), une manifestation est organisée avec pour mot d’ordre: « Un logement pour tous! Il est urgent de passer aux actes! ».
Soyons y nombreux!

Pour en savoir plus, lire le blog de G. Piel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :