« JE VOTE, DONC J’EXISTE »


logoutptdefinitif1.jpg

Signe incontestable d’un regain civique et d’une volonté de peser dans les décisions qui seront prises, Grasse compte 4148 électeurs (16,2%) de plus que lors des dernières élections présidentielles d’avril 2002.
Sur un an, de février 2006 à février 2007, la hausse est de 2139 personnes, soit +7,7%.
Si cette hausse sur un an est partout sensible, elle est particulièrement évidente dans les hameaux où l’on a construit et dans les quartiers populaires où les inscriptions ont été massives. La Blaquière: +9,5%, le Vieux Grasse: +10%, St-Claude Sud: +9,5%

A coup sûr, à Grasse comme partout en France, l’onde de choc du 21 avril 2002 mais aussi les mesures anti-jeunes, discriminatoires et insultantes même – « la racaille » et le « karcher » -, la victoire du Non au référendum du 29 mai 2006 sur la constitution européenne, le succès des mobilisations contre le CPE ont montré, notamment aux jeunes, que l’on peut peser victorieusement sur son avenir.

Cette prise de conscience s’est encore constatée le samedi 7 avril, lors de la cérémonie organisée au Palais des Congrès de Grasse à l’occasion de la remise de la première carte d’électeur et du « livret du citoyen » aux jeunes Grassois nouvellement inscrits.

Parmi ces jeunes de toutes origines – mais enfants de la même République à laquelle ils demandent les mêmes droits -, des filles et des garçons de La Blaquière dont deux m’ont annoncé avec beaucoup de modestie, l’un qu’il est en Maths Sup, l’autre qu’il achève sa formation de professeur d’EPS.

Je connais la trajectoire de leurs familles et tous les obstacles qu’elles ont eu- et qu’elles ont toujours-, à franchir.
Alors, bravo!
De vous, qui êtes dès aujourd’hui la France de demain, on ne parle pas. Ou si peu! Aux yeux de ceux qui gouvernent encore, les jeunes des cités ne peuvent être que des « délinquants ».

Bravo aussi à tous ceux qui ont travaillé à cette prise de conscience citoyenne dans notre ville, aux membres de l’association – au si beau nom – « Un Temps pour tous« .

Oui, « quand on vote, on existe« . C’est la condition pour que vienne enfin le Temps pour Tous. La condition d’un Temps de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.

Regarder l’interview par GàG de Rachid Benomar, porte-parole de l’association « Un temps pour Tous » (octobre 2006).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :