QUAND LA ROUMANIE « REHABILITE »…


antonescu-hitler.jpg

Tout jeune militant, au cours d’une soirée amicale, j’avais un jour à Grasse questionné Georges Marchais – alors Secrétaire Général du PCF – sur la Roumanie que je connaissais bien pour y avoir passé des mois entiers de vacances dans des familles de différentes régions.

J’avais découvert des écoles et des hôpitaux neufs, une voirie de bon gabarit, une offre culturelle – classique – accessible à tous, mais une omniprésence d’un parti – le Parti Communiste Roumain – qui se confondait avec l’Etat et un culte débridé, ubuesque, de la personnalité de N. Ceaucescu et de sa femme Eléna.

G. Marchais partageait mon appréciation (négative) sur l’état des libertés publiques et individuelles qu’il imputait à l’autoritarisme découlant d’une volonté de développement économique trop rapide.

Plus tard, mon ami Robert Charvin, éminent juriste et ancien doyen de la Faculté de Droit de Nice, attira mon attention sur les années d’avant guerre et de la IIème Guerre Mondiale en Roumanie.
Le Parti Communiste y était faible et clandestin: quelques centaines de militants au moment de la Libération.
Mais le pays avait eu une tradition fasciste de masse avec un parti pro-nazi: « La Garde de Fer » (272 000 membres en 1937), des idéologues Cornéliu Codreanu et Horia Sima – qui influença entre autres les intellectuels E. Cioran et M. Eliade.

Les années ont passé. Le socialisme d’Etat renversé. Le couple Ceaucescu mis à mort au terme d’un procès caricatural.

Aujourd’hui, la Roumanie – qui vient d’entrer dans l’Union Européenne – ne sait plus très bien à quel saint se vouer.

Mais nous en arrivent des nouvelles inquiétantes.
Le 18 décembre 2006, le gouvernement roumain déclarait le communisme « coupable de crimes« .
Fin février, la « Justice »(?) roumaine a décidé de réhabiliter le « Conducator » Ion Antonescu, l’ancien dictateur fasciste qui de 1940 à 1944 a combattu aux côtés d’Hitler et a envoyé les troupes de son « Etat-Légionnaire » jusqu’à Stalingrad.
En 1946, Antonescu a été condamné à mort pour crimes contre l’Humanité pour la mort de 300 000 Juifs roumains.

Alors, pour la petite (et la grande) histoire, deux rappels.
A partir de 1940, les Communistes roumains qui se battaient pour la liberté ont été sans cesse pourchassés, arrêtés, emprisonnés et condamnés à mort par des cours martiales.

Quant aux Juifs, ils ont été persécutés, assassinés et déportés.
Dans son journal, E. Ionesco écrit: »Quelques centaines ou quelques milliers de Juifs ont été massacrés pendant les trois ou quatre jours de guerre civile, châtrés, pendus la tête en bas, poignardés; parmi les pendus, il y en avait à qui on avait enfoncé les testicules dans la bouche » (…).

Le grand vent de restauration du capitalisme (pardon: du « libéralisme »!) à l’Est de l’Europe, ici en Roumanie, charrie avec l’anti-communisme le plus débridé la réhabilitation de personnages sinistres et d’idées mortifères pour tous…

Voir le reportage filmé de la rencontre Hitler-Antonescu à Munich (1943)

Publicités

3 Responses to QUAND LA ROUMANIE « REHABILITE »…

  1. drodi dit :

    Bonjour,
    Je viens de lire avec attention cet article car j’aimerais me faire une opinion sur ce qui s’est réellement passé en Roumanie et pourquoi ?
    Disant cela je ne feins pas d’ignorer et encore moins de nier la persécution de « communistes » à l’encontre des juifs ni non plus de minimiser les atrocités commises par le régime dit « communiste » qui n’était selon moi que l’oeuvre de dictateurs en mal de pouvoir et qui avaient choisi de se légitimer derrière l’étiquette « communiste ».
    Pourquoi l’Occident qui ne pouvait ignorer ces atrocités s’est-il tu ?
    Pourquoi reproche-ton encore aujourd’hui à G. Marchais ses vacances en Roumanie alors que nos présidents de la République même s’ils passaient les leurs ailleurs étaient au moins AUSSI au courant que lui de ce qui se passait là-bas et qu’ils entretenaient les meilleures relations avec les Ceaucescu et autres ??
    Merci pour votre éventuelle réponse et merci aussi de préciser où je pourrais me procurer des informations sur la persécution à l’encontre cette fois des communistes Roumains que vous évoquez en filigrane.

    Cordialement

    Daniel

    PS : je condamne bien évidemment sans restrictions les exactions de ce « communisme » et de cet antisémitisme.

  2. Paul Euzière dit :

    Il y a eu plusieurs périodes dans l’ère Ceaucescu (1965-1989).
    Lorsque Nicolae Ceaucescu a succédé à G.Gheorghiu-Dej,en 1965, une libéralisation du régime s’est ébauchée.
    En 1968, N. Ceaucescu a condamné l’intervention de l’Union Soviétique et de quatre autres pays du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie.
    A ce moment-là et pendant toute une longue décennie,N. Ceaucescu et la Roumanie ont été, pour les Etats-Unis et les pays occidentaux un interlocuteur privilégié.
    Le général De Gaulle en 1968, Ford puis Nixon ont été reçus tour à tour à Bucarest.
    En 1967, après la guerre des Six Jours, la Roumanie a maintenu, seule dans le bloc socialiste, des liens diplomatiques avec Israël.
    En 1974, la Roumanie a été le premier pays à établir des liens avec l’Union Européenne.

    Pendant cette période, le régime a fortement investi dans les infrastructures (Industrie, Ecole, Voirie…)et à lourdement accru sa dette extérieure dont N. Ceaucescu a voulu ensuite se débarrasser en un temps record.
    Cela a entraîné austérité et privations pour la population, mécontentement y compris dans le PCR
    qui, ajoutés à un autoritarisme et un népotisme croissants, sont devenus insupportables pour l’immense majorité des Roumains.
    Les changements provoqués par Gorbatchev en URSS ont débouché, fin 1989, sur le renversement de N. Ceaucescu, un « procès » secret de moins de 55 minutes et son exécution ainsi que celle de sa femme dans des conditions abjectes que l’on peut (re)voir sur Youtube.

    Si le pays a vu des centaines de milliers de roumains juifs (43% des 760 000 recensés) être victimes de progroms avant-guerre et être déportés dans les camps de la mort pendant la dictature d’Antonescu; à partir de 1945, il n’y a eu aucun antisémitisme d’Etat.
    De nombreux fondateurs et figures du Parti Communiste Roumain étaient d’origine juive.
    De 1945 à 1989, 4 Vice-présidents du Conseil, 8 ministres, 49 secrétaires d’Etat, 15 généraux et 2 ambassadeurs étaient juifs.
    Le régime de N. Ceaucescu ne s’est pas opposé au départ des juifs roumains pour Israël: plus de 300 000 ont émigré alors qu’il était au pouvoir.
    Au lendemain de la chute de N. Ceaucescu ne restaient en Roumanie plus que quelques milliers de juifs. Ils ont eut à affronter plusieurs vagues d’un antisémitisme que le régime instauré en 1945 avait empêché.

    Sur l’antisémitisme et le fascisme en Roumanie, particulièrement pendant l’entre-deux guerres, lire l’excellent ouvrage d’Alexandra Laignel-Lavastine: « Cioran, Eliade, Ionesco, l’oubli du fascisme » (Ed. PUF)

    Sur l’histoire politique roumaine, cf.les ouvrages du professeur G. Castellan sur les Balkans et sur la Roumanie (Ed. Fayard et PUF).
    Enfin, il existe des études et des ouvrages, en français, rédigés par des historiens de l’Académie des sciences de la République Socialiste de Roumanie; mais ils sont devenus introuvables.

  3. drodi dit :

    bonsoir et merci bcp pour votre réponse et les références aux livres qui traitent du sujet. je fréquente actuellement des amis roumains que je soupçonne de ne pas être totalement objectifs mm si je leur concède un indéniable droit d’inventaire (diff du mien) sur le sort qui fut le leur et sur le communisme.

    cordialement

    daniel (marseille)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :