JACQUES BERQUE, MATTI PELED, LA PALESTINE ET NOUS.


enfantolivier2.jpg 

En déplacement au Maroc, j’ai relu ce que Jacques Berque écrivait dès 1947 à propos de la colonisation française dans ce pays: »le vrai ordre ici serait que nous n’y fussions pas« .
Né en Algérie, Jacques Berque était alors administrateur colonial.
Son propos lui valut d’être muté dans le Haut-Atlas marocain où il s’employa à des travaux de recherches qui firent finalement de lui l’un des plus éminents arabisants et orientalistes français, professeur au Collège de France et auteur d’un magnifique « Essai de traduction » du Coran.

J’ai eu la chance d’accueillir Jacques Berque en 1992, à Grasse, dans le cadre du Festival Transméditerranée et de continuer à échanger avec lui jusqu’à sa mort en 1995.
Ce qui frappait chez Jacques Berque, c’était la rare élégance de son français, mais aussi l’acuité de ses analyses qui, des décennies après leur formulation, demeurent un outil de compréhension du monde arabe et méditerranéen et une boussole pour une Méditerranée réinventée.

Cette lucidité de l’homme de réflexion et de terrain, du « rêve et de l’action« , je l’ai retrouvée chez le général israélien Matti Peled, officier supérieur pacifiste et professeur de littérature arabe à l’Université.
A Golda Meïr qui lui demanda au lendemain de la Guerre des Six Jours, en 1967, ce qu’il fallait faire, Matti Peled, encore recouvert de la poussière des combats, lui répondit: »Imposer la négociation et se retirer de tous les territoires palestiniens. » Sinon Israël et la société israélienne s’enfonceront toujours plus dans l’impasse.

A l’occasion de son XXème anniversaire, le Festival Transméditerranée a décidé de continuer ce chemin de lucidité et d’espoir en permettant des rencontres de haut niveau avec des femmes et des hommes qui ont à coeur de résoudre par la justice et le dialogue le dangereux contentieux israelo-palestinien.
Sous le titre « Palestine, le pays à venir« , nous aurons donc le plaisir de donner à découvrir d’autre visages d’une réalité terrible. Celle de femmes en premier plan: la Palestinienne Hind Khoury qui a succédé à Leïla Shahid comme Déléguée Générale de Palestine en France, l’Israelienne Yael Lerer, fondatrice des éditions Andalus Publishing, la Française Danielle Bidard-Reydet, ancienne vice présidente de la Commission des Affaires Etrangères du Sénat et présidente de l’association « Pour Jérusalem« , les peintres Jumana El Husseini et Hani Zurob, la photographe Anne Paq

Rendez-vous donc pour un grand moment culturel de dialogue pour la paix au Proche-Orient, à Grasse (Palais des Congrès), mardi 13 novembre, à 18h30.

Voir le programme en PDF: xxemeftm.pdf
Renseignements au 04 93 36 28 18

A lire absolument: « Les enfants de l’an 5767« , article de Gédéon Lévy, éditorialiste à « Haaretz » à l’occasion du Nouvel An juif, publié le 28 septembre 2007 (traduction: Michèle Mialane et Fausto Giudice – Site Tlaxcala).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :