GEORGES VASSALLO, UN GRAND EXEMPLE.


(De gauche à droite: G. Vassallo, P. Euzière, J. Tibéri)

Avec le décès de Georges Vassallo, disparaît une figure marquante de l’histoire de notre ville.

Instituteur – un de ses premiers postes fut à l’école Gambetta -, professeur de mathématiques au Collège Carnot, Principal de collège, maire de Grasse et vice-président du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, Georges Vassallo a constamment fait preuve d’un dévouement au bien public et d’une simplicité unanimement reconnus.

 

Georges Vassallo était un homme de conviction. Il est toujours resté fidèle aux choix émancipateurs de ses 20 ans.

Il a entamé ses mandats publics comme unique conseiller d’opposition dans le conseil municipal de Tende alors qu’il enseignait au Collège de St Dalmas.

Revenu à Grasse en 1973, il s’est rapidement réinvesti dans l’action publique.

Tous ceux qui ont été amenés à militer ou à travailler ensuite avec lui en tant que maire ont été frappés par son sens du dialogue.

Lors de son 22ème Congrès en 1976, le Parti Communiste Français avait placé « la démocratie jusqu’au bout » au cœur d’un projet de « socialisme autogestionnaire aux couleurs de la France ».

Ce choix, Georges Vassallo l’avait pleinement fait sien. Il rejoignait des convictions intimes qu’il mettait quotidiennement en œuvre en tant qu’animateur exceptionnel d’une équipe d’élus unis dans leur diversité.

Il y avait là des élus inoubliables: Albert Macarry, Fredy Righetti, Marcel Lombardi trop tôt disparus, mais aussi Claude Mayaffre et Gilbert Andruccioli, Franco Carcano et Roland Blanc. Et aussi -on n’était pas toujours d’accord sur les choix nationaux mais on partageait le même amour de Grasse – Roger Belleudy et Monique Goffinet. Il y avait aussi Christian Vion, Christiane Michot, Serge Becot… Je ne les citerai pas tous.

 

J’ai eu la chance de faire partie de cette équipe. Avec Georges Vassallo et à leurs côtés, j’ai appris que l’honnêteté, le dialogue sincère et le respect mutuel doivent être la base de la vie publique et que chacun doit avoir sa place et être entendu dans la Cité.

 

Aujourd’hui, Georges n’est plus. Nous sommes tristes comme beaucoup de Grassois. Mais son exemple chaleureux d’élu au service de tous reste dans nos mémoires et dans celle de notre ville.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :