HAKIM AJIMI: MORT POUR RIEN, MORT DE RIEN…


Il s’était disputé avec un employé de sa banque, puis s’en était retourné chez lui. Un incident très banal.

Sur son chemin, il est interpellé en plein boulevard, à 15h, par une patrouille de police « alertée » par l’employé de banque.
On veut l’embarquer, il est immobilisé au sol par un « geste technique » selon une méthode qui est interdite en Belgique et en Suisse et a été condamnée dès 2002 par le Comité Européen pour la Prévention de la torture (CPT) en raison des risques « d’asphyxie posturale » !

Pendant plus de 20 minutes, il va être ainsi maintenu au sol au grand dam de seize témoins.

Ainsi est mort Hakim, le 9 mai dernier, à Grasse, Alpes-Maritimes.

Depuis cinq mois, les autopsies se sont multipliées confirmant les témoignages.
Hakim est mort asphyxié.

Depuis cinq mois, la Justice (en qui les parents d’Hakim – de simples travailleurs – veulent encore croire) réfléchit …
A Grasse on se hâte lentement.

A Nice, le « Représentant de l’État » (républicain ?), le Préfet Vian avait pris les devants en déclarant péremptoirement le lendemain de la mort d’Hakim « qu’il n’y avait pas eu bavure policière ».

En réaction à la conférence de presse tenue, à Paris, le 8 octobre, par la famille, le MRAP et la Fédération des Tunisiens des Deux Rives (FTCR), le procureur de la République de Grasse a publié un communiqué :« Il y a peut-être eu une mauvaise prise en compte des règles pour maîtriser les gens quand ils se rebellent. La durée de la maîtrise a peut-être été trop longue … »

Peut-être … Peut-être …

Liberté : Peut-être, Égalité : à voir, Fraternité : sûrement pas.

Jusqu’à quand la violence et le mensonge ?
Jusqu’à quand la stigmatisation ?
Jusqu’à quand l’impunité ?

Publicités

5 Responses to HAKIM AJIMI: MORT POUR RIEN, MORT DE RIEN…

  1. Rachid dit :

    Où allons-nous ? Que vivons-nous ?

    La mort de Hakim est un malheureux rappel…
    Rappel auquel nous devons tous être , attentifs et se sentir concernés.

    Vous, lui, elle, moi, sommes-nous à l’abri ?
    Qui « ne disjoncte pas » parfois ?Dans la circulation, es institutions, les transports en commun et que sais-je encore ?

    La fatigue, le surmenage, le stress, les soucis peuvent nous mettre à terre, menottes aux mains et aux pieds, et vous connaissez la triste suite…

    Où allons-nous ? Que vivons-nous ?

    Mes sincères condoléances à la famille.
    Mon respect aux COURAGEUX témoins.(oui , aujourd’hui il en faut!)
    Mon espoir d’entendre plus de femmes et d’hommes dénoncer les injustices, toutes les injustices !

    Rachid

  2. Zorba dit :

    « Il s’était disputé avec un employé de sa banque, puis s’en était retourné chez lui. Un incident très banal ».
    En effet. un incident très banal… au fait quelle était exactement la nature de cette « dispute » ?

  3. Latifa dit :

    Je lis cet article alors que se joue le match de foot France-Tunisie à la TV. La Marseillaise a été sifflée. Il y en a que ça étonne encore? il y en a que ça offusque… Combien de Hakim dans nos banlieues, combien de « bavures », combien de meurtres l impunis.
    La famille Ajimi et ses proches, les jeunes Grassois et les citoyens de notre ville ont montré leur sens des responsabilités; leur patience; leur sagesse; leur dignité. Jusqu’à quand? Il est plus que temps que la Justice de la République se fasse entendre. Les auteurs de ce meurtre que le Procureur de Grasse qualifie « d’erreur » doivent être jugés et punis avec les circonstances aggravantes dues à leur fonction et à l’autorité qu’ils sont sensés représenter.
    De notre côté, continuons à nous mobiliser pour que la vérité et la justice soit rendues. Du côté de l’Autorité qui instruit et s’apprête à juger. il est urgent que des signes forts soit envoyés.

  4. ELHASSEN dit :

    La leçon est que cette justice n’est pas pour nous. Les flics pourrons continuer a assassiner impunément.
    Lancer des cailloux ne sert à rien, il faut agir efficacement. et ne pas compter sur les ‘jeunes ‘ français de souche qui au mieux s’en foutent completement,

  5. Paul Euzière dit :

    La « Justice » fonctionne aussi « bien » pour les jeunes issus de l’immigration que pour les autres: Julien Coupat et sa compagne « soupçonnés » de sabotage des caténaires de lignes SNCF sont toujours en prison malgré l’ordonnance de justice du 19 décembre.
    Et ils sont « Français de souche », contrairement à la Ministre de la Justice et « Garde des Sceaux » Rachida Dati…

    La Justice qui fonctionne ou pas, ce n’est pas une affaire de Français/ pas Français, mais de puissants ou misérables », comme disait déja La Fontaine.
    Lui, parlait de la « justice » d’Ancien Régime, d’avant la Révolution qui a proclamé l’égalité en droit de tous.

    A nous tous, ensemble, de la faire appliquer.
    Ou de refaire une révolution citoyenne!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :