NAZIM HIKMET: « FERVEUR, COMBAT, ESPOIR »


nhikmet1

Cinquante huit longues années après sa mort, l’un des plus grands poètes du XXème siècle vient de retrouver sa nationalité.
« Déchu » de sa nationalité en 1951 pour son engagement au sein du Parti Communiste Turc qui lui valu d’être condamné à mort en 1933, puis à 20 ans de prison de 1938, Nazim Hikmet en sortit en 1950, malade, à la suite d’une campagne internationale à laquelle prirent part entre autres Pablo Picasso, Jean Paul Sartre, Paul Robeson…
Après avoir échappé à deux tentatives d’assassinat, il est convoqué – à 50 ans! – pour effectuer son service militaire…

Menacé dans sa vie, persécuté par un régime aligné sur Washington, il décide alors de quitter clandestinement la Turquie et devient avec notamment P. Picasso et le poète chilien Pablo Neruda l’une des grandes figures du Conseil Mondial de la Paix.

Rongé par l’exil et la nostalgie de son pays, usé par les terribles épreuves qui ont jalonnées sa vie, cet immense poète chantre de son peuple et de l’humanité toute entière meurt d’une crise cardiaque à Moscou en 1963.

Ses œuvres – magnifiques – sont traduites dans la plupart des langues.
On pouvait les trouver en Turquie mais le « Géant aux yeux bleus » comme l’appellent les Turcs n’avait, jusqu’à cette années 2009, toujours pas pu retrouver une nationalité dont il est l’un des plus éminent et des plus fraternels représentants.

Signe incandescent d’un monde et d’une Turquie en mouvement, c’est un gouvernement à direction islamiste qui a décidé de redonner enfin la nationalité turque au poète communiste Nazim Hikmet.

Il faut saluer cet acte de justice et redécouvrir celui dont un des vers figure sur le bandeau de ce blog et qui se présentait ainsi:

Moi un homme
moi Nazim Hikmet poète turc moi
ferveur des pieds à la tête combat
rien qu’espoir, moi.

Cette soif de liberté et cette fraternité sans rivage avec toute l’humanité, on le retrouve dans ce poème « Angine de poitrine », écrit en 1948 alors que la guerre civile ravageait la Grèce et que l’armée révolutionnaire chinoise se rapprochait de Pékin.

ANGINE DE POITRINE

Si la moitié de mon cœur est ici, docteur,
L’autre moitié est en Chine,
Dans l’armée qui descend vers le Fleuve Jaune.

Et puis tous les matins, docteur,
Mon cœur est fusillé en Grèce.

Et puis, quand ici les prisonniers tombent dans le sommeil
quand le calme revient dans l’infirmerie,
Mon cœur s’en va, docteur,
chaque nuit,
il s’en va dans une vieille
maison en bois à Tchamlidja
Et puis voilà dix ans, docteur,
que je n’ai rien dans les mains à offrir à mon pauvre peuple,
rien qu’une pomme,
une pomme rouge : mon cœur.
Voilà pourquoi, docteur,
et non à cause de l’artériosclérose, de la nicotine, de la prison,
j’ai cette angine de poitrine.

Je regarde la nuit à travers les barreaux
et malgré tous ces murs qui pèsent sur ma poitrine,
Mon cœur bat avec l’étoile la plus lointaine.

Extrait de Il neige dans la nuit et autres poèmes, éditions Gallimard, 2002, page 89

Publicités

One Response to NAZIM HIKMET: « FERVEUR, COMBAT, ESPOIR »

  1. colette dit :

    Si nous pouvions tous nous libérer grâce à la pensée…. et puisqu’on parle de l’expression voire de sa liberté… jusqu’où peut-elle aller ? J’écoutais France-Inter ce matin assez tôt ; il ne me semble pas avoir entendu parler de Gaza : l’incident sera clos… ça va lasser les auditeurs de parler de la même chose… non, et puis que peut-on y faire nous on a notre crise économique et les guerres là-bas on y est habitué.. les morts sont vite enterrés… non on attire notre attention sur un événement hyper important : L’AFFAIRE DE MOEURS (l’affaire de moeurs ???) de DSK (elle, on ne l’entend pas d’ailleurs) mais imaginez vous l’impact de ces infos sur les enfants de DSK qui écoutent comme nous la radio ; ce sont des rigolos qui font des émissions sur les affaires privées des hommes connus ; ce qui crée de l’audimat…mais réalisent-ils le mal qu’ils font ???? D’un côté, des reporters se font tuer pour relater l’information la plus juste et d’ailleurs ils sont censurés souvent et de l’autre c’est du vomi journalistique pour faire rigoler la masse . Il est grand temps qu’il y ait une censure de l’info ; pourquoi n’y a t-il pas d’interdiction d’expression dans ce cas de vie privée… Mais qu’est-ce qu’on s’en fout de la vie de DSK ou du voisin…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :