FTM: L’ESPAGNE AU COEUR – 1939-2009: LA « RETIRADA », DES LECONS POUR DEMAIN


bandera

retirada

C’est dans les publications, alors clandestines et avec des Républicains espagnols en exil dans la région grassoise, qu’au début des années 1970, j’ai appris l’espagnol et commencé à ressentir en direct et à partager la douleur et les espoirs de ceux qui furent et demeurent les acteurs de l’une des plus magnifiques et tragiques pages de l’histoire des combats pour la liberté.

Paco Ibanez, qui avait un grand ami dans le haut-pays grassois, chantait les poèmes de R. Alberti, L. Cernuda, A. Machado, M. Hernandez …
« A galopar, a galopar hasta enterrarlos en el mar!…« 
Il fit salle comble à la MJC « Altitude 500 ».
Le franquisme n’en finissait pas de finir dans une agonie sanglante scandée par les centaines d’années de prison infligées aux militants clandestins des partis et des syndicats et la mort par « garrotte vil » -l’exécution par étranglement- des jeunes qui se rebellaient.

A Grasse, Jésus Grau, déporté à 17 ans, était le seul survivant d’une famille d’Aragon.
Tous étaient morts là-bas, dans le terrible camp de concentration de Mauthausen en Autriche où furent envoyés 12.000 Espagnols.
Lui, en compagnie d’enfants dont certains avaient à peine 13 et 14 ans, avait été un jour séparé des siens et expédié dans un autre camp à Gusen.
Jésus Grau portait en lui des silences terribles qui distillaient toute la douleur de ces Républicains dont nous ne soupçonnions pas la sinistre odyssée.
Dans un livre au papier jauni imprimé à Cuba qu’il me procura, « Los Guerrilleros espanoles en Francia 1940-1945 » de Miguel Angel, je découvris le rôle essentiel dans la Résistance et la Libération de la France que jouèrent par dizaines de milliers ces Espagnols républicains. Un rôle que l’on tait trop souvent.

Mais pendant longtemps, je suis resté dans l’ignorance de ce que fut l’exode – la Retirada de ces quelques 500.000 hommes et femmes, combattants, civils, enfants, vieillards, pauvres hères dépouillés de tout qui, lors de la chute de la République, passèrent en France et furent au nombre de 216.500 internés dans des camps de concentration par la France officielle avant que d’être persécutés et souvent livrés aux nazis par Pétain et la police de Vichy.
Sinistre destinée de ces camps qui, tel celui de Gurs, furent ensuite utilisés pour parquer les Juifs pour les envoyer ensuite, eux-aussi, dans des camps d’extermination.

Soixante dix ans après la Retirada, il est grand temps que nous ouvrions les yeux sur ce moment douloureux d’une histoire qui n’est pas celle de l’Autre  mais aussi la nôtre, que nous en tirions les leçons pour aujourd’hui et pour demain, que nous nous interrogions enfin sur ce qu’est « l’identité nationale » à l’aune du sang versé si généreusement pour la liberté de la France par les Républicains espagnols, eux-aussi des « étrangers »…

En ouvrant sa XXIIème saison par « La Retirada, 70 après ou l’Espagne au coeur« , avec l’inauguration du mardi 10 novembre et la table ronde du mercredi 11 novembre, le Festival TransMéditerrannée donne opportunément l’occasion de découvrir ces réalités et de débattre de ces questions d’actualité.

Télécharger le programme détaillé ici

Le poète et le chanteur: Rafaël Alberti et Paco Ibanez chantent « A Galopar« 

De Miguel Hernandez: »Andaluces de Jaen » :

L’histoire, les histoires refont surface
par SERGE BARBA, président de Fils et Filles de Républicains espagnols et enfants de l’exode

Un 14 juillet 1939 à l’ombre de la Bastille
par IRÈNE TENÈZE, cinéaste, avec PHRYNÉ PIGENET, historienne

Un épisode peu glorieux : la trahison des accords Bérard-Jordana
par VÉRONIQUE OLIVARES et MICHEL REYNAUD, écrivains

Quand la mémoire des siens taraude
par GEORGES BARTOLI, photographe

Publicités

3 Responses to FTM: L’ESPAGNE AU COEUR – 1939-2009: LA « RETIRADA », DES LECONS POUR DEMAIN

  1. Caroussel dit :

    Un site très bien s’appelle: « Espagne au Coeur ». Il est ici http://espana36.site.voila.fr

  2. Paul Euzière dit :

    Merci pour ce lien avec ce très beau site riche et dense qui permet aussi de mieux mesurer l’extraordinaire élan que suscita la République Espagnole et de faire connaître le visage de ceux d’Espagne et d’ailleurs qui se levèrent avant l’aube pour défendre la liberté et la vie face à ceux qui criaient: « Abajo la inteligencia, viva la muerte! »

  3. Maxa dit :

    Articles et commentaires très instructifs :
    1- Le gouvernement français (Léon Blum, socialiste !) et ses complices anglais, proclamaient la « non intervention », pendant que les fascistes italiens envoyaient leurs tanks aider les troupes rebelles de Franco, et que les avions nazis bombardaient les Républicains (Guernica). C’est un des épisodes de la politique de trahison qui a conduit notre pays et les « démocraties » à accepter, après l’annexion de l’Autriche, celle de la Tchécoslovaquie (accords de Munich), en attendant la collaboration avec les occupants nazis. La propagande actuelle et les médias « oublient » ces petits détails et ne parlent que de l’accord que l’Union Soviétique, après avoir essayé sans résultat d’obtenir l’alliance de nos « démocraties » contre Hitler , a fini par signer en août 1939.
    2. Contrairement à ce que veut nous faire croire la propagande israélienne pour détourner l’attention de la colonisation de la Palestine et du massacre des Palestiniens, les premiers camps de concentration n’étaient pas d’abord destinés aux juifs (qui par la suite y sont morts en grand nombre), mais à tous ceux qui résistaient au nazisme, entre autres aux Républicains espagnols réfugiés, ou plutôt emprisonnés en France avant d’être livrés aux nazis après la défaite de 1940.
    La grande banque, le grand capital et leurs alliés politiques étaient et restent le danger principal pour la paix intérieure et la paix mondiale ; il n’est peut-être inutile de se rappeler les leçons de l’Histoire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :