« DES HOMMES ET DES DIEUX »: TEMOIGNER JUSQU’AU BOUT


Le 27 mars 1996, sept moines cisterciens de Tibhirine, monastère d’un petit village des Monts de Médéa, à une centaine de kilomètres au sud d’Alger, étaient enlevés.
Deux mois plus tard, le « communiqué n°44 » du GIA revendiquait leur assassinat.
C’est sur cette page terrible parmi tant d’autres tout aussi bouleversantes de l’histoire de la décennie de plomb de l’Algérie que revient à la fois librement mais fidèlement  dans l’esprit le très beau film de Xavier Beauvois « Des Hommes et des Dieux ».

Ces années là, particulièrement cette période m’ont marqué à jamais.
J’étais profondément lié à l’Algérie où je me rendais très souvent. J’y comptais des amitiés solaires. Chaque jour j’apprenais la mort ou le départ pour l’exil des uns ou des autres.

Dans ce contexte, le Festival TransMéditerranée a organisé en Corse en juin de cette année 1996, une grande rencontre internationale: « La Méditerranée, carrefour des solidarités« .
Plus d’une centaine d’intervenants: Palestiniens, Israéliens, Grecs, Kurdes, Espagnols, Portugais, Italiens …
Des femmes et des hommes qui étaient la quintessence de l’engagement solidaire et qui en connaissaient le prix.
A eux tous, ils devaient cumuler quelques siècles de condamnation de prison pour leur engagement.
Parmi eux, de nombreux Algériens étaient venus apporter le témoignage de la guerre que les islamistes armés menaient contre toute la société sous le regard, à ce moment là très compréhensif, des Etats-Unis, de l’Union Européenne et de leurs représentants.

Figure lumineuse et charismatique, l’Evêque d’Oran Pierre Claverie était là.
Homme de terrain, militant infatigable de toutes les solidarités, ce Pied-Noir devenu Algérien avait fait le choix de partager jusqu’au bout les épreuves de son peuple.
Il avait conclu les trois jours de cette rencontre par une intervention d’une rare profondeur qui demeure le meilleur chemin citoyen et spirituel de vie et de partage , pour tous ceux qui l’ont entendue ou lue.

Quelques semaines plus tard, le 1er août 1996, Pierre Claverie était à son tour tué à Oran.
Immédiatement des commentateurs de France, ignorants des réalités algériennes, imputèrent ce nouveau crime au fait que Pierre Claverie comme les moines de Tibhirine étaient des religieux et français (ce qui n’était pas le cas pour Pierre Claverie…).

Or, si les moines de Tibhirine sont morts et si l’Évêque d’Oran a été tué, c’est précisément pour des raisons exactement contraires.

Tous -avec des positionnements très différents et même parfois opposés- ont payé de leur vie le choix d’accompagner jusqu’au bout le martyre du peuple algérien qui dans son immense majorité les aimait et les respectait.

Les moines de Tibhirine, Pierre Claverie, les religieuses catholiques de Tizi Ouzou et de la Casbah n’ont pas été assassinés parce que catholicisme et islam seraient incompatibles mais parce qu’ils vivaient en osmose avec un peuple qui était le leur, un peuple parmi lequel près d’une centaine d’imams,  musulmans ont également été victimes de la tragédie où s’enfonçait -et où on enfonçait- l’Algérie.
Cela, le film de Xavier Beauvois le montre bien en allant courageusement à contre courant de toutes les idées reçues sur un prétendu « choc des civilisations », rideau de fumée derrière lequel se cachent l’ignorance et une idéologie impériale d’exclusion, de stigmatisation, de domination et d’affrontement.

Celui qui eut la lourde charge de conduire l’Église d’Algérie au milieu du sang et des tempêtes et de maintenir aussi pour sa part modeste et essentielle l’espérance, l’Archevêque l’Alger Henri Tessier que nous avons reçu à maintes reprises au Festival TransMéditerranée et qui nous a accueillis dans son évêché algérois écrivait à propos des moines de Tibhirine: « Ils ont donné leur vie par fidélité évangélique à leurs voisins et au peuple algérien afin que vienne la communion fraternelle. C’est l’esprit dans lequel le Père Christian de Chergé a rédigé son testament spirituel: « S’il m’arrivait un jour d’être victime du terrorisme … j’aimerais que ma communauté, mon Eglise, ma famille se souviennent que j’ai donné ma vie à Dieu et à ce pays… ». C’est ce témoignage là que nous voulons recevoir en gardant la mémoire de nos sept frères moines de Tibhirine et de tous les autres religieux ou religieuses victimes de la violence. Leur vie et leur mort nous stimulent dans notre désir de fraternité universelle. Ceux qui, de l’extérieur, se lancent dans d’autres combats détournent de son sens le message de paix inscrit dans leur vie et dans leur mort. »

Le Cinéma Studio  (Grasse), les associations Festival TransMéditerranée et Cinéma au Parfum de Grasse proposent tous les trimestres un cycle « Histoire et cinéma »

La première projection, suivie d’un débat a lieu

lundi 4 octobre – 20h avec le film évènement
« Des Hommes et des Dieux »
 

En présence de Zazi Sadou

 

Personnalité et témoin engagé de premier plan de la décennie terrible en Algérie, Zazi Sadou a lutté durant toutes ces années pour un avenir fraternel. Amie de Pierre Claverie, Evêque d’Oran assassiné, et de l’Archevêque d’Alger Monseigneur H.Tessier, elle a bien connu les Moines de Tibhirine qu’elle a rencontrés à plusieurs reprises.

Condamnée à mort par le GIA, membre fondatrice du RAFD (Rassemblement Algérien des Femmes Démocrates), elle n’a eu de cesse de se battre pour la démocratie et les droits des femmes.

Elle a reçu plusieurs prix internationaux et a été nominée pour le Prix Nobel de la Paix en 2005.

 

A signaler également la présence de Vladimir Gaudrat, Abbé du monastère de Lérins.

Publicités

One Response to « DES HOMMES ET DES DIEUX »: TEMOIGNER JUSQU’AU BOUT

  1. Maxa dit :

    Oui, c’est un très bon film, mais il fait l’impasse sur l’attitude du gouvernement français. Qu’a-t-il répondu aux conditions posées par les extrémistes ? A qui fera-t-on croire que les services secrets n’avaient aucun contact avec eux ? On peut répondre que ça sortait du sujet du film, qui effleure pourtant la question politique…
    Quant aux extrémistes, l’annulation du processus électoral en 1992 était-elle de nature à encourager les Algériens à faire confiance à la démocratie ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :