DE YANNIS RITSOS A MIKIS THEODORAKIS: « NE PLEURE PAS SUR LA GRECE… »


Berceau d’une culture dont l’immense héritage nous a été transmis par Rome et les penseurs de l’Islam des Omeyyades et des Abbassides, la Grèce  a été au XX° siècle parmi les pays européens, l’un de ceux qui ont été le plus victime des dictatures: I. Métaxas, de 1936 à 1941, puis la Junte des Colonels de 1967 à 1974,  des occupations étrangères et de guerre civile suivie pour beaucoup – 700 000 Grecs- par des décennies d’exil.
Près de quarante longues années d’épreuves terribles qui ont marqué les Grecs dans leur chair.


Généralement, on connaît plus ou moins les auteurs et artistes antiques, les monuments et grands  sites archéologiques,  les plages, l’ouzo, quelques morceaux de musique ressassés et une danse -le sirtaki- inventée pour les besoin d’un film, superbe au demeurant, « Zorba le Grec » tiré du chef-d’oeuvre de Nikos Kazantzakis qui vécut les neuf dernières années de sa vie au Safranier à Antibes où non loin du Musée Picasso, une place porte son nom.

Pourtant, le peuple grec compte nombre d’écrivains  contemporains, de cinéastes, de plasticiens et de musiciens de grand talent.
Deux de ses poètes se sont vu décerner le Prix Nobel de Littérature: Georges Séféris en 1963 et Odysseus Elytis en 1979.
D’autres l’auraient largement mérité:  Constantin Kavafis ou Yannis Ritsos (1909-1990), par exemple.
Sans doute, son engagement politique en faveur du peuple, contre l’occupation  nazie et sa fidélité au parti communiste grec ont-ils valu à Yannis Ritsos outre la prison,  les camps de concentration monarchistes et les assignations à résidence, un ostracisme littéraire totalement injustifié.

Aujourd’hui, vint-deux ans après sa mort, Yannis Ritsos fait partie d’un patrimoine  national dont tous les Grecs peuvent s’enorgueillir.

La Grèce  et les Grecs ne sauraient être réduits, pour les besoins politiciens de la Banque Européenne, des financiers et des dirigeants actuels allemands et français à un peuple de fraudeurs qui ferait la fête pendant qu’une autre Europe travaillerait.
Si ni les armateurs ni l’Eglise orthodoxe ne paient d’impôts, les Grecs travaillent et souvent durement. Ceux qui connaissent la Grèce le savent.

Ils travaillent et ils luttent.
Ils cèdent rarement à la désespérance.

D’où ce poème si grec mais aussi à la résonance universelle de Yannis Ritsos mis superbement en musique par le compositeur et résistant Mikis Théodorakis qui l’interprète lui même sur la vidéo ci dessous, en direct, devant la foule athénienne  après la chute de la dictature des colonels en 1974.
Un message d’espoir indomptable.

« Ne pleure pas sur la Grèce,
– quand on croit qu’elle va fléchir,
Le couteau contre l’os
et la corde au cou,

La voici de nouveau qui s’élance,
impétueuse et sauvage,
pour harponner la bête
avec le trident du soleil. »

Publicités

One Response to DE YANNIS RITSOS A MIKIS THEODORAKIS: « NE PLEURE PAS SUR LA GRECE… »

  1. Maxa dit :

    Le poème de Yannis Ritsos est très beau, même en traduction, et la musique de Théodorakis est à sa hauteur.
    Pour le reste, il est évident que les Grecs ne sont pas plus fraudeurs que bien d’autres (nous sommes mal placés pour leur faire la leçon).
    Mais il convient d’ajouter que la faillite de la Grèce a été organisée, avec la probable complicité de la Fed américaine, par la banque américaine Lehman Brothers avant sa propre faillite, celle qui a déclenché la crise de 2008. Demandons-nous qui était derrière Lehman Brothers, et derrière Goldman Sachs, autre banque américaine qui a placé ses employés partout (Draghi à la BCE, Mario Monti, Président du Conseil italien !, en Espagne, de Guindos ex de Lehman Brothers, etc. Et si le FMI et son directeur, le très célèbre et génial économiste DSK, étaient informés du maquillage des comptes de la Grèce, qu’ont-ils fait pour prévenir la débâcle… ? Et s’ils ne l’étaient pas, que penser du génial économiste ?
    En bref, les banques, qui nous gouvernaient par hommes politiques interposés, prennent directement les affaires en main : on n’est jamais si bien servi que par soi-même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :