MISSAK MANOUCHIAN, CET « ETRANGER », NOTRE FRERE POURTANT…

février 22, 2015

HOMMAGE A MISSAK MANOUCHIAN

Il y a des figures et des moments dont il faut se rappeler parce qu’ils font que nous sommes ce que nous sommes, parce qu’au milieu des petitesses sans horizon, ils tracent un chemin de lumière vers toutes les libérations.
Le 21 février 1944, Missak Manouchian, émigré arménien qui avait fui les massacres de Turquie, poète, ouvrier, militant du Parti Communiste Français, dirigeant des résistants FTP MOI de la région parisienne était fusillé au Mont Valérien par les nazis avec 22 autres héros de son groupe qui refusèrent qu’on leur bande les yeux.

Lire le reste de cette entrée »

Publicités

ASSIA DJEBAR: ECRIRE, AIMER, « LA RAGE AU COEUR »…

février 12, 2015

assia_djebar

Certains écrivains sont des passages obligés, de véritables passeports pour entrer dans la réalité d’un pays toujours loin des clichés et du regard du voyageur pressé.
On ne connaît pas Marseille, si l’on n’a pas lu la trilogie de Jean Claude Izzo et suivi Fabio Montale des « Quartiers Nord » aux Goudes en passant par le Panier. Barcelone sans Manuel Vazquez Montalban n’est pas Barcelone. Tout  comme Mexico et le Mexique demeurent largement impénétrables quand on  n’a pas lu Carlos Fuentes et sa « Mort d’Artemio Cruz ».
L’oeuvre d’Assia Djebar est tout aussi indispensable à qui veut comprendre non seulement l’âme et les déchirements, les espoirs et les désespoirs algériens, mais aussi nos drames actuels et l’exil, tout au moins le refuge, qu’est l’écriture dans une langue autre retravaillée et retournée jusqu’à devenir l’expression de la plus parfaite authenticité. Lire le reste de cette entrée »