LOUIS FIORI: L’HOMMAGE UNANIME DE NICE

juin 4, 2019

Dévoilement de la plaque par Christian Estrosi en présence de Jean-Louis et de Pierre Fiori

Résistant puis maquisard tout jeune, Communiste, Directeur d’Ecole, élu nicois, départemental et régional de 1953 à 1998, Louis Fiori a marqué tous ceux qui l’ont connu par sa chaleur, sa générosité fraternelle et la fidélité à l’idéal et aux combats de ses 20 ans.

Louis Fiori était un de ces « magistre » -Maîtres- du Pays niçois qui n’ont jamais oublié leur origines, celles d’un fils du peuple, qui savait ce que l’Ecole de la République pouvait et devait apporter aux enfants des couches populaires.
Il fut un de ces instituteurs qui n’acceptèrent jamais de devenir des professionnels de la politique, de vivre de la politique mais qui vécurent pour la politique, ne comptant jamais les sacrifices ni les heures passées pour le bien public, pour ces « humbles » , ces éternels laissés-pour-comptes, auxquels n’oubliait jamais de se référer une autre très grande figure des Alpes-Maritimes, instituteur lui aussi, mais de la génération précédente, Virgile Barel.

Si j’ai eu la chance de connaître et travailler -notamment sur des dossiers grassois plus que « lourds » avec Virgile Barel -notamment le montage scandaleux et à hauts risques financiers de l’usine de pyrofusion sur laquelle l’inoubliable député des Alpes-Maritimes  avait alerté, en vain, ministères de tutelle et autorités, j’ai eu le bonheur de partager plus de trois décennies de combats, d’espoirs et de revers, au côté de Louis Fiori qui pour moi fut, dans cette quête du bonheur pour tous, l’exemple des exemples par sa profonde humanité, son désintéressement absolu et sa fidélité à des valeurs partagées.
Lire le reste de cette entrée »

Publicités