LOUIS FIORI: L’HOMMAGE UNANIME DE NICE

juin 4, 2019

Dévoilement de la plaque par Christian Estrosi en présence de Jean-Louis et de Pierre Fiori

Résistant puis maquisard tout jeune, Communiste, Directeur d’Ecole, élu nicois, départemental et régional de 1953 à 1998, Louis Fiori a marqué tous ceux qui l’ont connu par sa chaleur, sa générosité fraternelle et la fidélité à l’idéal et aux combats de ses 20 ans.

Louis Fiori était un de ces « magistre » -Maîtres- du Pays niçois qui n’ont jamais oublié leur origines, celles d’un fils du peuple, qui savait ce que l’Ecole de la République pouvait et devait apporter aux enfants des couches populaires.
Il fut un de ces instituteurs qui n’acceptèrent jamais de devenir des professionnels de la politique, de vivre de la politique mais qui vécurent pour la politique, ne comptant jamais les sacrifices ni les heures passées pour le bien public, pour ces « humbles » , ces éternels laissés-pour-comptes, auxquels n’oubliait jamais de se référer une autre très grande figure des Alpes-Maritimes, instituteur lui aussi, mais de la génération précédente, Virgile Barel.

Si j’ai eu la chance de connaître et travailler -notamment sur des dossiers grassois plus que « lourds » avec Virgile Barel -notamment le montage scandaleux et à hauts risques financiers de l’usine de pyrofusion sur laquelle l’inoubliable député des Alpes-Maritimes  avait alerté, en vain, ministères de tutelle et autorités, j’ai eu le bonheur de partager plus de trois décennies de combats, d’espoirs et de revers, au côté de Louis Fiori qui pour moi fut, dans cette quête du bonheur pour tous, l’exemple des exemples par sa profonde humanité, son désintéressement absolu et sa fidélité à des valeurs partagées.
Lire le reste de cette entrée »

Publicités

« RUE DU PARDON » de MAHI BINEBINE, UNE ODE AUX FEMMES LIBRES

mai 19, 2019

 

Peintre et sculpteur de renommée internationale, Mahi Binebine est aussi un écrivain confirmé dont les précédents romans sont traduits aussi bien en Anglais, Espagnol, Italien et Allemand qu’en Grec et Coréen.
Après avoir dressé avec « le Fou du Roi » (Ed. Stock) le tableau des arcanes du makhzen, le pouvoir monarchique au Maroc, à partir des archives d’un père fascinant, abhorré mais finalement aimé, immense poète courtisan et confident – jusqu’à son dernier moment de « Sidi » ,le roi Hassan II-  Mahi Binebine revient à un autre univers, celui du « monde morne, triste, sans fantaisie et d’un ennui mortel » d’une famille de la Rue du Pardon, venelle de la Médina de Marrakech, d’où va émerger une artiste, dérangeante et rebelle, une femme libre, prénommée Hayat, la Vie en arabe, « un prénom qui la dépassera ».

Au terme d’une histoire « improbable et tragique, comme le sont souvent les histoires de chez nous »  -écrit Mahi Binebine- Hayat deviendra une cheikha, une de ces femmes  qui animent les fêtes, chantent et dansent sans tabous et mettent les salles en transe, « les reins cambrés et le regard tourné vers les étoiles ».
Lire le reste de cette entrée »


« VOTRE FATWA NE S’APPLIQUE PAS ICI » de Karima BENNOUNE: L’hymne à la vie des musulmans qui combattent le djihadisme

mai 27, 2018

Karima Bennoune-photo

Au terme de nombreux voyages et rencontres dans vingt-six pays musulmans, Karima Bennoune  a écrit un livre « Votre fatwa ne s’applique pas ici » publié en France aux éditions Temps Présent (25 €)

C’est un livre rare et bouleversant, d’abord par la trajectoire de son auteure Algéro-Américaine, qui est la fille d’une sommité intellectuelle de l’Algérie indépendante, le Professeur Mahfoud Bennoune  décédé en 2004, tout à la fois anthropologue, universitaire, chercheur, militant et humaniste, vétéran de la guerre de libération nationale algérienne. Un des rares grands intellectuels de la génération de l’Indépendance restés en Algérie pendant « la Décennie noire » (1991-2001) qui a réussi à survivre aux massacres organisés par les djihadistes sans jamais capituler devant leur terreur, interpellant même en 1995 le n°3 du FIS – Anouar Haddam- alors hébergé aux Etats-Unis- dans une lettre publique qui a fait date. Il y écrivait : « Votre mouvement est la négation de la raison, de la démocratie, du bon sens et des valeurs aussi bien islamiques qu’universelles. Il est voué à l’échec ».

Karima Bennoune est, elle, Professeur de Droit à l’Université de Californie et, depuis 2015, Rapporteuse spéciale aux Nations Unies pour les droits culturels.

Son livre n’est donc pas une étude universitaire ou journalistique, même s’il en a aussi toutes les qualités, mais c’est d’abord un vécu personnel -avec ses tensions, ses peurs et ses espoirs- et une réflexion à partir de quatre années de terrain – 2010-2014-  dans vingt-six pays et de situations aussi différentes que celles  du Pakistan à l’Algérie, de l’Égypte à l’Afghanistan en passant par la Palestine et même la Russie.
Lire le reste de cette entrée »


MAHI BINEBINE ET « LE FOU DU ROI » AU FESTIVAL TRANSMEDITERRANEE

juin 18, 2017

Page d’Histoire, leçon de politique à l’usage des citoyens, drame shakespearien, chant d’amour et d’optimisme…
Le dernier livre de Mahi Binebine est tout cela à la fois.

De la belle littérature à découvrir, un très beau cadeau à se faire et à faire.

En vidéo, la présentation par Mahi Binebine sur France 3 Côte-d’Azur, le 6 juin.


EN HOMMAGE A CESAR FAZZINI, L’ANNIVERSARIU DI MINETTA, RACINES…..

mai 12, 2017

« È si di mè stai luntanu
Seraghju sempre accantu à tè »

Composée et interprétée à l’origine par le groupe Tavagna, la chanson « L’anniversariu di Minetta »  est la magnifique lettre d’un frère à sa soeur jumelle qui est morte.
Elle est ici interprétée par le Bastiais Eric Mattei.

Ce qu’expriment ces paroles est pour une soeur, pour un frère, pour ceux que l’on a aimés et qui nous ont quittés.

Cézar Fazzini, l’enfant du quartier Saint Joseph à Bastia, les chantait avec sa sensibilité et sa tendresse irradiante…
Lire le reste de cette entrée »


LOUIS FIORI, LE CHANT DES HOMMES DE CETTE TERRE

décembre 28, 2016

louis_fiori_lebroc

Le Broc. Septembre 2015, à l’occasion de retrouvailles avec les anciens du Bureau Fédéral du PCF des AM et les amis de toujours

Un espoir et des combats, des coups reçus,  des peines, mais aussi  des victoires et aussi, surtout, ces grandes rigolades qui n’en finissent plus. Partagés pendant près d’un demi siècle. Avec l’accent et la lumière de notre terre.

Lire le reste de cette entrée »


EDMONDE CHARLES ROUX, SINGULIERE ET UNIVERSELLE REBELLE

février 1, 2016
Edmonde Charles Roux
Réunion de préparation de la soirée de solidarité avec les femmes algériennes à Marseille (Nov. 1995)
De gauche à droite: Khalida Messaoudi, porte parole du RCD, Baya Jurquet du RAFD Marseille, Edmonde Charles Roux et Nicole Borvo, sénatrice communiste des Bouches du Rhône.

Dans cette suite des femmes exceptionnelles que le Festival TransMéditerranée a accueillies, depuis sa création et cette année encore, chacune occupe une place unique par son engagement et par son rayonnement.
Ce n’est jamais sans remise en cause définitive de soi même  et de sa vision du monde que l’on échange, débat, construit avec Maria Gazi, Grecque  d’Egypte pivot pendant des années de la solidarité démocratique avec les femmes du Proche-Orient, avec Victoria Donda, enfant volée de la dictature argentine devenue députée et Présidente de la Commission des Droits de l’Homme,  avec Hayat Zirari, Responsable des Centres d’écoute des femmes du Maroc… avec tant d’autres de ces véritables héroïnes tellement modestes.

Parmi ces rencontres particulièrement marquantes,  Edmonde Charles Roux qui est morte ce 20 janvier 2016. L’occasion de revenir sur le parcours peu commun de cette combattante, femme de presse, écrivaine, Présidente de l’Académie Goncourt, Présidente des Amis de « l’Humanité », qui sut avec une rare élégance allier ses origines de grande bourgeoise avec une suite d’amitiés iconoclastes et en apparence paradoxales qui allaient d’Aragon à Elsa Triolet en passant par Jean Genet, mais aussi Coco Chanel et le Maréchal De Lattre de Tassigny

Lire le reste de cette entrée »