« IL Y A 80 ANS, LA GUERRE », UN PASSIONNANT HORS-SERIE DE NICE-MATIN

octobre 7, 2019

Trois septembre 1939 -il y a 80 ans- l’attaque par l’Allemagne nazie de la Pologne alliée de la France et de la Grande-Bretagne entraine la déclaration de guerre au Reich. Un conflit mondial qui va commencer par la « drôle de guerre » où l’on peut voir d’un côté l’armée française rester (jusqu’à la catastrophe prévisible de mai-juin 1940) l’arme aux pieds, et de l’autre le gouvernement interdire le Parti Communiste Français, déchoir ses députés -en premier lieu dans les AM Virgile Barel et Henri Pourtalet– et élus, destituer ses maires, interdire « l’Humanité » et pourchasser ses militants. Bref, mener contre les communistes français -qui ne cessent depuis1935 de dénoncer les dangers du fascisme et du nazisme- une guerre que l’on ne mène pas contre Hitler et ses comparses.

« Nice-Matin », dans un Hors-Série étoffé et passionnant, nous fait revivre dans les Alpes-Maritimes et le Var ce commencement d’une guerre qui allait devenir mondiale -50 millions de morts militaires et civils- et durer six années.
Lire le reste de cette entrée »

Publicités

UN BAPTÊME CIVIL GRASSOIS: DANS LA TRADITION ET LA REPUBLIQUE

septembre 22, 2019

Photo P.E. Baptême civil-Noëlie Dani (21-09-19) 5 jpg

Spécificité française, le Baptême républicain a été instauré au cours de la Révolution, en 1794.
Il s’inscrit dans la philosophie des Lumières et de la Libre Pensée.
Son but était d’instaurer, pour les parents qui le souhaiteraient, une cérémonie -sans connotation religieuse- de parrainage civil des enfants.
L’engagement des parrains se célèbre ici en Mairie, et non dans un édifice religieux,
Comme pour un baptême religieux, le baptême républicain n’a aucune valeur légale. Par contre, il constitue un engagement moral de soutien et d’aide vis à vis de l’enfant.

Samedi 21 septembre, j’ai célébré avec beaucoup d’émotion le baptême républicain d’une petite Grassoise, Noëlie, dont la famille est enracinée depuis cinq générations à Grasse.

Une occasion d’évoquer ensemble avec émotion des figures aujourd’hui disparues qui ont animé et marqué heureusement la vie grassoise.

Lire le reste de cette entrée »


PROLONGEMENT DE LA PENETRANTE: L’ARRET DE LA COUR ADMINISTRATIVE D’APPEL

août 23, 2019

 

 

Le 7 février 2017, le Tribunal Administratif de Nice rejetait la demande faite par deux associations de défense des quartiers St Antoine-St Jacques et Château-Folie ainsi que de la S.A.  J. Chibois d’annuler l’Enquête Publique d’octobre 2013 portant sur le prolongement de la pénétrante Cannes Grasse entre le Rond-point de l’Alambic (RD9) et le stade Jean Girard (avenue de la Libération-RD 2562) ainsi que la Déclaration d’Utilité Publique prise par le Préfet des AM.

Ce rejet était plus que surprenant, d’une part parce qu’il allait totalement à l’encontre des conclusions du magistrat Rapporteur public qui avait prôné l’annulation des deux actes administratifs, et d’autre part parce qu’il rejetait en bloc toutes les observations et remarques des associations, y compris quand elles reprenaient des observations faites par des institutions publiques !

Les associations de défense des quartiers, la société Jacques Chibois, des particuliers à titre personnel, ont donc fait appel de ce jugement.

L’audience devant la Cour Administrative d’Appel de Marseille s’est déroulée le 24 juin 2019.
L’arrêt est du 8 juillet.
Lire le reste de cette entrée »


LOUIS FIORI: L’HOMMAGE UNANIME DE NICE

juin 4, 2019

Dévoilement de la plaque par Christian Estrosi en présence de Jean-Louis et de Pierre Fiori

Résistant puis maquisard tout jeune, Communiste, Directeur d’Ecole, élu nicois, départemental et régional de 1953 à 1998, Louis Fiori a marqué tous ceux qui l’ont connu par sa chaleur, sa générosité fraternelle et la fidélité à l’idéal et aux combats de ses 20 ans.

Louis Fiori était un de ces « magistre » -Maîtres- du Pays niçois qui n’ont jamais oublié leur origines, celles d’un fils du peuple, qui savait ce que l’Ecole de la République pouvait et devait apporter aux enfants des couches populaires.
Il fut un de ces instituteurs qui n’acceptèrent jamais de devenir des professionnels de la politique, de vivre de la politique mais qui vécurent pour la politique, ne comptant jamais les sacrifices ni les heures passées pour le bien public, pour ces « humbles » , ces éternels laissés-pour-comptes, auxquels n’oubliait jamais de se référer une autre très grande figure des Alpes-Maritimes, instituteur lui aussi, mais de la génération précédente, Virgile Barel.

Si j’ai eu la chance de connaître et travailler -notamment sur des dossiers grassois plus que « lourds » avec Virgile Barel -notamment le montage scandaleux et à hauts risques financiers de l’usine de pyrofusion sur laquelle l’inoubliable député des Alpes-Maritimes  avait alerté, en vain, ministères de tutelle et autorités, j’ai eu le bonheur de partager plus de trois décennies de combats, d’espoirs et de revers, au côté de Louis Fiori qui pour moi fut, dans cette quête du bonheur pour tous, l’exemple des exemples par sa profonde humanité, son désintéressement absolu et sa fidélité à des valeurs partagées.
Lire le reste de cette entrée »


LUNA, CHAMPIONNE DE FRANCE, ANCIENNE ELEVE DE L’ECOLE DE LA BLAQUIERE

février 27, 2019

Le 24 février 2019, Luna Ménardo-Guzman, 16 ans, a décroché le titre de Championne de France de Tir à l’arc dans sa catégorie (Cadette).

Ce magnifique résultat est une fierté d’abord pour elle, puis pour sa famille, particulièrement pour son frère Zao qui pratique aussi ce sport exigeant et de sa maman Marie-Chantal, qui passe chaque fin de semaine d’innombrables heures au service de son club.

C’est aussi une fierté pour la ville de Grasse, pour ce quartier de la Blaquière si vite et si injustement stigmatisé, pour ses maîtres de l’école primaire Jean Crabalona, pour ses professeurs du Collège des Jasmins où elle a accumulé les Félicitations à chaque trimestre avant de passer son Brevet avec mention Très bien, pour aussi ses professeurs du Lycée Tocqueville où elle poursuit une scolarité tout aussi excellente.
Lire le reste de cette entrée »


SYMRISE-FONCIERE EUROPE: LA JUSTICE NOUS DONNE (ENCORE) RAISON. LA CAPG DOIT RECUPERER LES 750 000 €

décembre 8, 2018

Après 10 années de batailles, de tentatives d’intimidations et de pressions pour nous faire taire et renoncer à la récupération des 750 000 € (H.T.) octroyés illégalement par M. Leleux et la Communauté d’Agglomération à la SA Foncière Europe dans le cadre du dossier Symrise-Arôma Grasse, et plus particulièrement du  « protocole transactionnel » conclu entre cette société, la Communauté d’Agglomération et la ville de Grasse, la Justice vient de reconfirmer que nous avons eu totalement raison d’agir.

Notre action a été jugée fondée et suivie par le Tribunal Administratif de Nice en 2013, par la Cour Administrative d’Appel de Marseille en 2015 et par la plus haute juridiction administrative de la République, le Conseil d’Etat, en décembre 2016.

A toutes les étapes, nous avons eu en face de nous, non seulement la SA Foncière Europe bénéficiaire de ce cadeau infondé de 750 000 € -ce qui est logique- mais, plus curieusement, M. Viaud et la Communauté d’Agglomération qui ont utilisé tous les recours et moyens financiers et humains à leur disposition pour tenter de nous mettre en échec et ne pas récupérer cette somme.
Lire le reste de cette entrée »


« VOTRE FATWA NE S’APPLIQUE PAS ICI » de Karima BENNOUNE: L’hymne à la vie des musulmans qui combattent le djihadisme

mai 27, 2018

Karima Bennoune-photo

Au terme de nombreux voyages et rencontres dans vingt-six pays musulmans, Karima Bennoune  a écrit un livre « Votre fatwa ne s’applique pas ici » publié en France aux éditions Temps Présent (25 €)

C’est un livre rare et bouleversant, d’abord par la trajectoire de son auteure Algéro-Américaine, qui est la fille d’une sommité intellectuelle de l’Algérie indépendante, le Professeur Mahfoud Bennoune  décédé en 2004, tout à la fois anthropologue, universitaire, chercheur, militant et humaniste, vétéran de la guerre de libération nationale algérienne. Un des rares grands intellectuels de la génération de l’Indépendance restés en Algérie pendant « la Décennie noire » (1991-2001) qui a réussi à survivre aux massacres organisés par les djihadistes sans jamais capituler devant leur terreur, interpellant même en 1995 le n°3 du FIS – Anouar Haddam- alors hébergé aux Etats-Unis- dans une lettre publique qui a fait date. Il y écrivait : « Votre mouvement est la négation de la raison, de la démocratie, du bon sens et des valeurs aussi bien islamiques qu’universelles. Il est voué à l’échec ».

Karima Bennoune est, elle, Professeur de Droit à l’Université de Californie et, depuis 2015, Rapporteuse spéciale aux Nations Unies pour les droits culturels.

Son livre n’est donc pas une étude universitaire ou journalistique, même s’il en a aussi toutes les qualités, mais c’est d’abord un vécu personnel -avec ses tensions, ses peurs et ses espoirs- et une réflexion à partir de quatre années de terrain – 2010-2014-  dans vingt-six pays et de situations aussi différentes que celles  du Pakistan à l’Algérie, de l’Égypte à l’Afghanistan en passant par la Palestine et même la Russie.
Lire le reste de cette entrée »