« RUE DU PARDON » de MAHI BINEBINE, UNE ODE AUX FEMMES LIBRES

mai 19, 2019

 

Peintre et sculpteur de renommée internationale, Mahi Binebine est aussi un écrivain confirmé dont les précédents romans sont traduits aussi bien en Anglais, Espagnol, Italien et Allemand qu’en Grec et Coréen.
Après avoir dressé avec « le Fou du Roi » (Ed. Stock) le tableau des arcanes du makhzen, le pouvoir monarchique au Maroc, à partir des archives d’un père fascinant, abhorré mais finalement aimé, immense poète courtisan et confident – jusqu’à son dernier moment de « Sidi » ,le roi Hassan II-  Mahi Binebine revient à un autre univers, celui du « monde morne, triste, sans fantaisie et d’un ennui mortel » d’une famille de la Rue du Pardon, venelle de la Médina de Marrakech, d’où va émerger une artiste, dérangeante et rebelle, une femme libre, prénommée Hayat, la Vie en arabe, « un prénom qui la dépassera ».

Au terme d’une histoire « improbable et tragique, comme le sont souvent les histoires de chez nous »  -écrit Mahi Binebine- Hayat deviendra une cheikha, une de ces femmes  qui animent les fêtes, chantent et dansent sans tabous et mettent les salles en transe, « les reins cambrés et le regard tourné vers les étoiles ».
Lire le reste de cette entrée »

Publicités