F.T.M. « JOSEP » A GRASSE, CINEMA STUDIO , VENDREDI 18 JUIN, 18H.

juin 14, 2021

Josep-Affiche

La pandémie s’éloignant et les contraintes sanitaires étant petit à petit levées, comme toutes les institutions et associations culturelles, le Festival TransMéditerranée peut enfin reprendre ses activités publiques avec un programme à venir particulièrement riche pour 2021.

Première soirée, vendredi 18 juin à 19h, au Cinéma Studio (boulevard Jeu de Ballon) à Grasse autour de « Josep » un long métrage d’animation remarquable et multi-primé dont la diffusion et les projections ont été malheureusement entravées par le Covid 19.

Lire le reste de cette entrée »


VVF BELAMBRA: LA JUSTICE CONFIRME LES ILLEGALITES DE LA MUNICIPALITE DE GRASSE

juin 13, 2021

CAA BELAMBRA-JUGEMENT CAA MARSEILLE - 07.06.2021

Il y aura bientôt cinq ans, en conseil municipal du 20 septembre 2016 , M. Viaud faisait voter par une  majorité obéissante et silencieuse le « rachat » complètement illégal (pour 1,7 million !!!)  par la ville de Grasse des terrains et bâtiments du VVF Bélambra qui lui appartiennent et qui lui reviendront en 2026 sans frais dans le cadre du bail emphytéotique signé en 1966.
Lire le reste de cette entrée »


« LA PEUR N’EST PAS UNE VISION DU MONDE »

juin 13, 2021

Perou -Quand meurt la peur, nait la liberté

Considéré comme tous les pays des Amériques centrale et du Sud comme  l’arrière-cour des Etats-Unis, le Pérou, avec ses plus de 33 millions d’habitants vient de donner une leçon de souveraineté nationale et de dignité.
Lire le reste de cette entrée »


FOGGIA (POUILLES): DE L’ESCLAVAGE A LA DIGNITE DU COOPERATEUR-PRODUCTEUR

mars 8, 2021


Sous le titre « Le ghetto des immigrés de Rignano Garcanico, des milliers d’Africains, esclaves des temps modernes, s’entassent dans un bidonville », Olivier Rosseri écrivait dans « les Echos » du 29 août 2016 :
« Et si le Christ ne s’était pas arrêté à Eboli mais à Rignano Garcanico ? Sur le territoire de cette commune de la province de Foggia, dans les Pouilles, a surgi un bidonville. Il « Gran Ghetto », dont les amas de tôles, de morceaux de bois et de bâches en plastique abritent habituellement 2 500 personnes, selon la préfecture, mais près de 5.000 cet été d’après les volontaires de la Caritas. Dans leur écrasante majorité, africains – Sénégalais, Togolais, Nigérians, Maliens. A quelques kilomètres à peine du coeur du boom touristique italien en cette saison 2016 s’entassent les bras qui serviront à la saison du ramassage des tomates. Des bras qui sont impitoyablement exploités sans pouvoir bénéficier des droits sociaux élémentaires ou des conditions d’hygiène indispensables.
Ils sont entre les mains des organisations criminelles qui ont donné un nom à cette forme d’esclavage moderne : le capolarato
… »

Cinq ans plus tard, ces damnés de la Terre se sont organisés et avec l’aide d’associations antimafias et de la Région des Pouilles ont créé le Centre T. Sankara et sont devenus producteurs coopérateurs de conserves de tomates vendues dans toute la chaine des magasins Coop.
Le 19 février 2021, les quotidiens « Corriere della Sera » et« Corriere del Mezzogiorno » publiaient un article qui décrit ce combat victorieux pour la dignité qui est aussi une très belle aventure de solidarité exemplaire.

Article de Michele Pennetti traduit de l’italien par Giulia Colace.  

Lire le reste de cette entrée »

GOLF DE LA GRANDE BASTIDE: LE TRIBUNAL ADMINISTRATIF ANNULE LA VENTE ILLEGALE DU CONSEIL MUNICIPAL DE GRASSE

décembre 15, 2020

Le 25 septembre 2018, J. Viaud et ses colistiers votaient en conseil municipal de  Grasse la vente de 46 ha du legs Riou, propriété de Grasse sur les communes de Châteauneuf et Opio.

Non seulement, il s’agissait de amputation du patrimoine communal d’un magnifique domaine et d’une trahison morale des conditions d’acceptation du legs votée par le conseil municipal de Grasse le 27 août 1946 -dont l’objet devait être social, mais la vente ne respectait pas les obligations légales, avec notamment le passage préalable devant le Juge, telles qu’exigées par l’article L 1311-17 du Code Général des Collectivités Territoriales (C.G.C.T) et le Code Civil (articles  900-2 et 900-4 ).

En outre, cette vente était effectuée sans mise en concurrence et à perte par rapport à l’évaluation du Service des Domaines.
M. Viaud vendait 7,5 millions ce domaine qui était estimé 8,2 millions €.
Pourquoi un tel cadeau -730 000 € !–  à la société suisse « Omnium Investment » par ailleurs seule candidate?

J’ai, en commission municipale, puis en séance publique du conseil municipal, soulevé toutes ces questions sans avoir, à aucun moment, vu prendre en compte les observations que je faisais avec les élus « Grasse à Tous-Ensemble et Autrement ».

Avec Philippe-Emmanuel de Fontmichel, pendant plusieurs mois, nous avons donc effectué toutes les démarches pour que soit retirée cette délibération à l’évidence illégale.
Lire le reste de cette entrée »


FACE A LA TERREUR, REAFFIRMER NOTRE HUMANITE: « J’ATTESTE » d’Abdellatif LAÂBI

novembre 2, 2020


« Souviens-toi de ton humanité et oublie le reste ». Calligraphie de Hassan Massoudy


Au lendemain de l’attentat de 2015 contre « Charlie-Hebdo », le grand poète marocain, Abdellatif Laâbi qui a été prisonnier politique pendant huit ans sous Hassan II, que le Festival TransMéditerranée a reçu à maintes reprises à Grasse, a écrit un texte qui exprime tout ce que l’on peut ressentir face aux attentats de Paris, de Nice et d’ailleurs.

J’atteste qu’il n’y a d’Etre humain
que Celui dont le coeur tremble d’amour
pour tous ses frères en humanité
Celui qui désire ardemment
plus pour eux que pour lui-même
liberté, paix, dignité
Celui qui considère que la Vie
est encore plus sacrée
que ses croyances et ses divinités
Lire le reste de cette entrée »


OCTOBRE 1988. « UNE CAUSE EST PERDUE DES LORS QU’ELLE SE DEFEND PAR LA TORTURE » (1).

octobre 21, 2020

J’ai vécu à Alger, et partagé sur place avec mes amis Algériens, l’ébranlement qu’a été en Octobre 1988 la révolte des Algériens contre le régime du Président Chadli Bendjedid, les centaines de manifestants tués, les tortures, la fin du parti unique et les espoirs du puissant mouvement démocratique qui ont suivi ces journées terribles et inoubliables.
Une des grandes questions posées et qui demeure est l’utilisation toujours inacceptable de la torture.
Smaïl Hadj Ali, Universitaire, dont le père Bachir Hadj Ali est une très grande figure de l’Histoire de l’Algérie contemporaine et qui a subi, notamment en 1965, des tortures dont les graves séquelles ont été définitives, revient dans un texte à portée universelle sur la torture.
Il est illustré par un superbe tableau du peintre Denis Martinez que le Festival TransMéditerranée a accueilli à Grasse.
C’est donc un honneur et un plaisir de publier sur mon blog personnel ce texte de Smaïl Hadj Ali et de repoduire une des travaux de Denis Martinez.

Par Smaïl Hadj Ali.
Le titre de cet article « Octobre 1988. Une cause est perdue dès lors qu’elle se défend par la torture « (1) est aussi celui d’un livre qui reste à éditer.
À son origine, un texte rédigé pour la réédition en octobre 2018 du livre Octobre ils parlent, dirigé par S.A. Semiane, qui, malgré tous ses efforts, ne pourra pas le rééditer. Ce titre fut aussi l’exergue anonyme des déclarations du Comité national contre la torture de 1988 à 1993.

Pour marquer la commémoration d’octobre 88, nous avons choisi de présenter deux aspects très abrégés de ce travail : Le Comité national contre la torture et L’invariance de l’univers tortionnaire.

S’il est difficile de relater les pages sombres de l’histoire de notre pays indépendant, doit-on, pour autant, laisser le puits avec son couvercle ?
Au-delà de l’impérative obligation de ne jamais se satisfaire de l’état du monde, il y a celle de combattre l’amnésie. Bien avant la question de ses origines, ou une herméneutique de ses aspects cachés, Octobre 88 fut d’abord le moment et le lieu de la violence illégitime d’État contre des milliers de citoyens.
Lire le reste de cette entrée »


ELSA TRIOLET, CELEBRE INCONNUE, MECONNUE

juin 28, 2020


Aussi brillante, aussi atypique que l’on puisse être, quand on est une femme, on est souvent menacée par la société et l’Histoire de n’être réduite qu’à l’ombre plus ou moins dense, plus ou moins effacée du « grand homme » dont on partage la vie.
Cette réalité toujours prégnante aujourd’hui, l’était bien plus encore en 1970, lorsque meurt Elsa Triolet, épouse, compagne, camarade de Résistance de Louis Aragon et surtout, top méconnue, la Première femme Prix Goncourt en 1944, passeuse de culture entre la France et la Russie soviétique, féministe d’une modernité toujours actuelle.
Lire le reste de cette entrée »


« LE CHEMIN SE FAIT EN MARCHANT » Antonio Machado BONNE ANNEE 2020 !

janvier 1, 2020

Caminante, son tus huellas
el camino y nada más;
caminante, no hay camino,
se hace camino al andar.
Lire le reste de cette entrée »


MAHI BINEBINE, ARTISTE SOLIDAIRE, BÂTISSEUR DE FRATERNITE

novembre 7, 2019


Le Festival TransMéditerranée
, depuis maintenant vingt ans a eu le plaisir d’accueillir à Grasse, en Région Provence-Côte d’Azur, dans le Languedoc et en Corse, à maintes reprises Mahi Binebine, qui est tout à la fois, un peintre, un  sculpteur et un écrivain reconnu au plan international. Certains de ses romans sont traduits dans plus d’une dizaine de langues.
C’est aussi un artiste engagé sur le terrain.
Lire le reste de cette entrée »


« IL Y A 80 ANS, LA GUERRE », UN PASSIONNANT HORS-SERIE DE NICE-MATIN

octobre 7, 2019

Trois septembre 1939 -il y a 80 ans- l’attaque par l’Allemagne nazie de la Pologne alliée de la France et de la Grande-Bretagne entraine la déclaration de guerre au Reich. Un conflit mondial qui va commencer par la « drôle de guerre » où l’on peut voir d’un côté l’armée française rester (jusqu’à la catastrophe prévisible de mai-juin 1940) l’arme aux pieds, et de l’autre le gouvernement interdire le Parti Communiste Français, déchoir ses députés -en premier lieu dans les AM Virgile Barel et Henri Pourtalet– et élus, destituer ses maires, interdire « l’Humanité » et pourchasser ses militants. Bref, mener contre les communistes français -qui ne cessent depuis1935 de dénoncer les dangers du fascisme et du nazisme- une guerre que l’on ne mène pas contre Hitler et ses comparses.

« Nice-Matin », dans un Hors-Série étoffé et passionnant, nous fait revivre dans les Alpes-Maritimes et le Var ce commencement d’une guerre qui allait devenir mondiale -50 millions de morts militaires et civils- et durer six années.
Lire le reste de cette entrée »


JACQUES CHIRAC, l’HOMME DU DIALOGUE ENTRE LES CULTURES ET LES PEUPLES DE MEDITERRANEE

septembre 26, 2019

Jacques Chirac

J’ai appris avec beaucoup de tristesse le décès de Jacques Chirac.

J. Chirac avait alerté la « fracture sociale » et sur les défis environnementaux mondiaux.
C’est lui qui a fait inscrire dans la Constitution française le principe -essentiel- de « précaution » tellement détesté par les lobbies.

J’ai combattu bien des aspects de sa politique intérieure.
Mais j’ai toujours approuvé sa démarche et ses actes en faveur du dialogue entre les peuples et les cultures.
Lire le reste de cette entrée »


UN BAPTÊME CIVIL GRASSOIS: DANS LA TRADITION ET LA REPUBLIQUE

septembre 22, 2019

Photo P.E. Baptême civil-Noëlie Dani (21-09-19) 5 jpg

Spécificité française, le Baptême républicain a été instauré au cours de la Révolution, en 1794.
Il s’inscrit dans la philosophie des Lumières et de la Libre Pensée.
Son but était d’instaurer, pour les parents qui le souhaiteraient, une cérémonie -sans connotation religieuse- de parrainage civil des enfants.
L’engagement des parrains se célèbre ici en Mairie, et non dans un édifice religieux,
Comme pour un baptême religieux, le baptême républicain n’a aucune valeur légale. Par contre, il constitue un engagement moral de soutien et d’aide vis à vis de l’enfant.

Samedi 21 septembre, j’ai célébré avec beaucoup d’émotion le baptême républicain d’une petite Grassoise, Noëlie, dont la famille est enracinée depuis cinq générations à Grasse.

Une occasion d’évoquer ensemble avec émotion des figures aujourd’hui disparues qui ont animé et marqué heureusement la vie grassoise.

Lire le reste de cette entrée »


PROLONGEMENT DE LA PENETRANTE: L’ARRET DE LA COUR ADMINISTRATIVE D’APPEL

août 23, 2019

 

 

Le 7 février 2017, le Tribunal Administratif de Nice rejetait la demande faite par deux associations de défense des quartiers St Antoine-St Jacques et Château-Folie ainsi que de la S.A.  J. Chibois d’annuler l’Enquête Publique d’octobre 2013 portant sur le prolongement de la pénétrante Cannes Grasse entre le Rond-point de l’Alambic (RD9) et le stade Jean Girard (avenue de la Libération-RD 2562) ainsi que la Déclaration d’Utilité Publique prise par le Préfet des AM.

Ce rejet était plus que surprenant, d’une part parce qu’il allait totalement à l’encontre des conclusions du magistrat Rapporteur public qui avait prôné l’annulation des deux actes administratifs, et d’autre part parce qu’il rejetait en bloc toutes les observations et remarques des associations, y compris quand elles reprenaient des observations faites par des institutions publiques !

Les associations de défense des quartiers, la société Jacques Chibois, des particuliers à titre personnel, ont donc fait appel de ce jugement.

L’audience devant la Cour Administrative d’Appel de Marseille s’est déroulée le 24 juin 2019.
L’arrêt est du 8 juillet.
Lire le reste de cette entrée »


LOUIS FIORI: L’HOMMAGE UNANIME DE NICE

juin 4, 2019

Dévoilement de la plaque par Christian Estrosi en présence de Jean-Louis et de Pierre Fiori

Résistant puis maquisard tout jeune, Communiste, Directeur d’Ecole, élu nicois, départemental et régional de 1953 à 1998, Louis Fiori a marqué tous ceux qui l’ont connu par sa chaleur, sa générosité fraternelle et la fidélité à l’idéal et aux combats de ses 20 ans.

Louis Fiori était un de ces « magistre » -Maîtres- du Pays niçois qui n’ont jamais oublié leur origines, celles d’un fils du peuple, qui savait ce que l’Ecole de la République pouvait et devait apporter aux enfants des couches populaires.
Il fut un de ces instituteurs qui n’acceptèrent jamais de devenir des professionnels de la politique, de vivre de la politique mais qui vécurent pour la politique, ne comptant jamais les sacrifices ni les heures passées pour le bien public, pour ces « humbles » , ces éternels laissés-pour-comptes, auxquels n’oubliait jamais de se référer une autre très grande figure des Alpes-Maritimes, instituteur lui aussi, mais de la génération précédente, Virgile Barel.

Si j’ai eu la chance de connaître et travailler -notamment sur des dossiers grassois plus que « lourds » avec Virgile Barel -notamment le montage scandaleux et à hauts risques financiers de l’usine de pyrofusion sur laquelle l’inoubliable député des Alpes-Maritimes  avait alerté, en vain, ministères de tutelle et autorités, j’ai eu le bonheur de partager plus de trois décennies de combats, d’espoirs et de revers, au côté de Louis Fiori qui pour moi fut, dans cette quête du bonheur pour tous, l’exemple des exemples par sa profonde humanité, son désintéressement absolu et sa fidélité à des valeurs partagées.
Lire le reste de cette entrée »